11 November 2015, Article by H.E. Feridun Sinirlioğlu, Minister of Foreign Affairs, on Turkey-Africa relations which was published on international press and media (English and French)

TURKEY IN AFRICA; A HUMANITARIAN APPROACH

Souleiman is a Darfuri young man who had to leave for Khartoum from Darfur in 2004. Sheltering in the outskirts of the capital, he did not have the chance to receive proper schooling. Lacking therefore a vocational skill, he was unemployed for most of the time.

However, in spring 2013, he came to know that there was a vocational training center, established by Turkish Cooperation and Coordination Agency (TİKA) and run in collaboration with the Governorate of Khartoum. He attended a climatization course for six months. Upon completing the training program, he started working at one of the largest air-conditioning firms in the city. He now makes a living for himself and supports his extended family. He is one of over fifteen hundred young men who received vocational training at the TİKA center.

Chagina, widowed with three children in early 2008, had to take over from her late husband the business of selling fish in the local market in Kisumu County, on the shores of Lake Victoria. Lacking the means to pay for the fish, her family had a scanty livelihood. Later, she participated in the project of “Empowerment of Fisher-women in Lake Victoria” initiated by TİKA. In collaboration with the Governorate of Homa Bay and by furthering the previous good practices, TİKA delivered 15 boats and necessary equipment, leading to the employment of 45 local women in fishing in the lake. Chagina was one of them. She now supports her kids and has become an alternative wholesaler for other fellow women, who buy fish to sell in the local markets.

These are only two humble examples of how Turkish development assistance drastically improves the lives of Africans. This humanitarian approach, as one of the fundamental components of Turkey’s foreign policy, has been pursued with determination and success in the continent. Fully conscious of the collective global responsibilities, such as fighting extreme poverty, providing education for all, improving the lives of women and youth, as well as alleviating the challenges in conflict affected areas, Turkey upholds a holistic approach based on a combination of humanitarian and development assistance, without prioritizing either of the two. In this regard, and in line with the needs of the African people themselves, health, education, capacity building, as well as contribution to peace and stability in Africa by participating in UN missions and organizing training programs in the field of security have been designated as priority areas for Turkey.

In the health sector, Turkey not only organizes vocational training programs for African doctors and nurses, but it also provides medical screening and treatment on the ground and provides free treatment for thousands of patients who cannot get medical treatment in local conditions.

In addition, Turkey built two large state-of-the art hospitals in Nyala and Mogadishu, cities plagued with conflict for decades.

When it comes to education, Turkey provides around one thousand scholarships every year for students from Africa. There are currently over five thousand African students in higher education in Turkey. Furthermore, there are several technical training programs undertaken by different Turkish Ministries for African institutions and agencies to expand their capacities. There is no doubt that when they return to their countries, these young alumni, equipped with new skills and knowledge, will contribute to and advance their countries’ economic and social development.

In order to help ensure peace and stability in Africa, Turkey contributes to the United Nations missions deployed in the continent. As of August 2015, Turkey is taking part in seven of the nine existing UN missions in Africa with its police and military officers. In addition, by the end of 2014, military training was provided in Turkey for 2.200 military personnel from African countries. For the period of 2015-2016 we expect to receive more than 1.200 African military personnel for training.

Overall, Turkey disbursed more than 3.3 billion USD development and humanitarian assistance in 2014. As stated in the Global Humanitarian Assistance Report (2015), this outstanding amount of assistance made Turkey the third largest humanitarian assistance provider both in 2013 and 2014. Sub-Saharan Africa’s share in Turkish official aid has also increased significantly in the recent years. According to the OECD data, it has reached 782.7 million USD in 2013, from only 38 million USD in 2010.

That is why Turkey volunteered and was rightfully designated to be the host country of the first ever World Humanitarian Summit in May 2016. Aiming at ensuring further cooperation among and commitment from the international community for alleviating the humanitarian challenges across many regions, particularly Africa, the Summit will be yet another indication of Turkey’s determination in pursuing a leading role in humanitarian field.

Turkey hosted, so far, several regional, continental and international conferences on African matters. As such, during Turkey’s G20 chairmanship in 2015, dialogue between G20 and African countries has become a priority. In this context, the “High Level Conference on Access to Energy in Sub-Saharan Africa” was successfully organized by Turkey on October the 1st, 2015 in Istanbul. We will also be hosting the sixth High Level Partnership Forum on Somalia (HLPF) at Ministerial level in February next year. The meeting, which will be held within the framework of the New Deal Compact, is highly important for Somalia at this critical juncture of the country’s future and also a manifestation of Turkey’s long term commitment to the humanitarian and development challenges in the continent.

Turkey has established strong ties and partnerships in the continent thanks to Turkey-Africa Partnership Summits in 2008 and 2014, as well as significantly increasing its diplomatic presence. Turkey now has 39 Embassies and 4 Consulate Generals in Africa, compared to only 12 Embassies in 2008. This interest has been reciprocated by the African side as well. The number of African Embassies in Ankara, which was only 10 in 2008, has now reached 32, almost tripling in six years. Turkish Airlines flights, reaching more than 40 destinations in 28 African countries, deserves special credit for its significant role in cementing these ties, including at the grass-roots level.

In this overall framework, Turkey, as one of the strategic partners of the continent, is working with its African partners to make further advances in humanitarian and economic development, as well as democracy, good governance and prosperity.

Turkey will remain committed to supporting African nations and institutions in achieving their goals, based on “their” priority areas, which will further consolidate the application of “African solutions to African matters”.

 

 

LA TURQUIE EN AFRIQUE; UNE APPROCHE HUMANITAIRE

Souleiman est un jeune homme du Darfour qui a dû quitter ladite ville pour Khartoum en 2004. S’abritant dans les environs de la capitale, il n'a pas eu la chance de recevoir une bonne scolarité. Par conséquent, dépourvu de toutes compétences professionnelles, il était la plupart du temps au chômage.

Cependant, au printemps 2013, il a pris connaissance d'un centre de formation professionnelle, établi par l’Agence turque pour la coopération et la coordination (TIKA) et géré en collaboration avec le gouvernorat de Khartoum. Il y suivit un cursus en climatisation pendant six mois et après avoir terminé le programme, commença à travailler dans l'une des plus grandes entreprises de climatisation de la ville. Il  arrive désormais à gagner sa vie et peut soutenir sa famille élargie; il figure parmi plus de mille cinq cents jeunes hommes qui ont reçu une formation professionnelle au centre TİKA.

Chagina, devenue veuve avec trois enfants en début 2008, a hérité du commerce de poissons de son défunt mari au marché local du District de Kisumu, sur les rives du lac Victoria. N’ayant pas les moyens d'acheter des poissons, sa situation était désespérée. Cependant, elle a ensuite participé au projet de «l'autonomisation des pêcheuses au Lac Victoria" initié par TİKA. En collaboration avec le gouvernorat de Homa Bay et favorisant les bonnes pratiques, TİKA a livré 15 barques ainsi que tout le complément d'équipements nécessaires pour cette activité, ce qui a entrainé l'emploi de 45 femmes locales dans la pêche sur le lac. Chagina était l'une d'entre elles. Elle soutient désormais ses enfants et est devenue une grossiste alternative pour d'autres femmes qui achètent du poisson afin de le revendre dans les marchés locaux.

Ces deux histoires ne sont que de modestes exemples de la façon dont le soutien turc au développement a considérablement amélioré la vie des africains. Cette approche humanitaire, étant l'un des composants fondamentaux de la politique étrangère de la Turquie, a été poursuivie avec détermination et succès sur le continent africain. Pleinement consciente des responsabilités mondiales collectives, comme la lutte contre l'extrême pauvreté, l'éducation pour tous, l’amélioration de la vie des femmes et des jeunes, ainsi que l'atténuation des problèmes dans les zones touchées par des conflits, la Turquie maintient une approche globale basée sur une combinaison d'aide humanitaire et d'aide au développement. À cet égard, et en ligne avec les besoins des peuples africains, la santé, l'éducation, le renforcement des capacités, ainsi que la contribution à la paix et à la stabilité en Afrique en participant à des missions de l'ONU, de même que l'organisation des programmes de formation dans le domaine de la sécurité ont été désignés comme zones prioritaires pour la Turquie. 

Dans le secteur de la santé, la Turquie organise non seulement des programmes de formations professionnelles pour les médecins et infirmiers africains, mais fournit également du dépistage médical et offre des traitements gratuits pour des milliers de patients qui ne peuvent en obtenir un dans les conditions locales.

En outre, la Turquie a construit deux grands hôpitaux à la pointe du progrès à Nyala et à Mogadiscio, villes en proie aux conflits depuis des décennies.

En ce qui concerne l’éducation, la Turquie fournit environ un millier de bourses chaque année pour les étudiants en provenance d'Afrique. Il y a plus de cinq mille étudiants africains dans l'enseignement supérieur en Turquie. De plus, il existe plusieurs programmes de formations techniques menés par les différents ministères turcs pour les institutions et organismes africains afin de développer leurs capacités. Il ne fait aucun doute que lorsque ces jeunes diplômés retourneront dans leurs pays équipés de nouvelles compétences et connaissances, ils contribueront au développement économique et social de leurs pays et les feront progresser.

Afin d'aider à assurer la paix et la stabilité en Afrique, la Turquie contribue aux missions des Nations Unies déployées dans le continent. En date d'août 2015, la Turquie participe à sept des neuf missions des Nations Unies existantes en Afrique avec ses policiers et militaires. Par ailleurs, à la fin de 2014, une formation militaire a été fournie en Turquie pour 2 200 militaires de pays africains et pour la période de 2015-2016, nous nous attendons à en recevoir 1 200 de plus.

Globalement, la Turquie a déboursé plus de 3,3 milliards de dollars américains au développement et à l'aide humanitaire en 2014. Comme indiqué dans le rapport sur l’Aide humanitaire mondiale (2015), ce montant remarquable d'assistance a fait de la Turquie le troisième plus grand fournisseur d'aide humanitaire à la fois en 2013 et 2014. La part reçue par l'Afrique subsaharienne dans l'aide officielle turque a également augmenté de manière significative ces dernières années. Selon les données de l'OCDE, elle a atteint 782,7 millions de dollars américains en 2013, alors qu'elle n'était de seulement 38 millions de dollars américains en 2010.

C’est la raison pour laquelle la Turquie s'est portée volontaire et a été à juste titre désignée pour être le pays hôte du premier Sommet Humanitaire Mondial en mai 2016. Visant à assurer davantage de coopération entre la communauté internationale et son engagement pour soulager les défis humanitaires dans de nombreuses régions et notamment en Afrique, le Sommet sera encore une autre indication de la détermination de la Turquie à poursuivre un rôle leader dans le domaine humanitaire.

La Turquie a déjà accueilli plusieurs conférences régionales, continentales et internationales sur les questions africaines. Ainsi, lors de la présidence du G20 de la Turquie en 2015, le dialogue entre les pays du G20 et de l'Afrique est devenu une priorité. Dans ce contexte, la Turquie a organisé avec succès, le 1er octobre 2015 à Istanbul, la « Conférence de haut niveau sur l'accès à l'énergie en Afrique subsaharienne ». Nous allons également accueillir le 6ème Forum des Partenaires de Haut Niveau sur la Somalie (HLPF) au niveau ministériel, en février de l'année prochaine. La réunion, qui se tiendra dans le cadre du « New Deal Compact », est très importante pour la Somalie à ce moment critique pour l'avenir du pays et est aussi une manifestation de l'engagement à long terme de la Turquie face aux défis humanitaires et aux problèmes de développement du continent africain.

La Turquie a établi des liens et des partenariats solides dans le continent grâce aux Sommets de Partenariat entre la Turquie et l’Afrique en 2008 et 2014, de même qu’elle a accru, de manière significative, sa présence diplomatique. La Turquie a maintenant 39 Ambassades et 4 Consulats Généraux en Afrique, comparé à seulement 12 Ambassades en 2008. Cet intérêt a également été partagé par les homologues africains. Le nombre d'Ambassades africaines à Ankara, qui était seulement de 10 en 2008, a maintenant atteint 32, ayant presque triplé en six ans. Les vols de Turkish Airlines, atteignant plus de 40 destinations dans 28 pays africains, méritent une mention spéciale pour son rôle important dans la consolidation de ces liens, y compris au niveau local.

Dans ce cadre général, la Turquie, en tant qu’un des partenaires stratégiques du continent, travaille en collaboration avec ses partenaires africains afin de réaliser non seulement de nouveaux progrès dans le développement humanitaire et économique mais également dans les domaines de la démocratie, de la bonne gouvernance et de la prospérité.

La Turquie restera engagée à soutenir les nations et les institutions africaines à atteindre leurs objectifs, basés sur "leurs" domaines prioritaires, ce qui nous permettra de consolider la mise en place des "solutions africaines aux questions africaines".